Le freelance, c’est quoi ? Comment ?

Bonjour toi ! 

J’espère que tu vas bien.

J’ai fait ce matin un sondage sur instagram, la question : Seriez-vous intéressé par un article sur comment je me suis lancé en freelancer ? Et la réponse fut oui à 96% ! Doooonc let’s go dans la rédaction.

Pour commencer, petit explication sur le mot “freelance”

Le freelance c’est quoi ? C’est tout simplement une personne libre de travailler n’importe quand, n’importe où, pour n’importe qui. Bon plus sérieusement, voici Wikipédia qui parle :

“Un travailleur indépendant, est à la fois entrepreneur, propriétaire (de ses moyens de production) et son propre employé (sans être pour autant salarié). Il est maître de ses décisions concernant son travail mais doit toutefois s’adapter aux demandes de sa clientèle. Le terme anglais « freelance » est aussi utilisé, notamment dans les services intellectuels. La progression spectaculaire du nombre de travailleurs indépendants dans les sociétés occidentales depuis le milieu des années 2000 et les transformations que cela entraîne sur le marché du travail en font un phénomène de société très souvent couvert par les médias”

Lien vers l’article complet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Travailleur_indépendant

Ce statut s’est beaucoup développé ces dernières années en France (déjà bien connu aux Etat-Unis). Cependant, juridiquement tout reste flou. C’est pourquoi, il convient de bien se renseigner avant de signer un contrat de freelance, appelé aussi contrat de prestation de services.

Ensuite, notre histoire.

Il faut tout d’abord que je vous explique nos motivations à Quentin et moi. Un besoin de liberté énorme. Nous avons cherché pendant longtemps un secteur d’activité qui pouvait nous épanouir, on a changé plusieurs fois d’entreprise, Quentin a fait énormément de formation diverses et variées, mais rien n’y fait, ça colle pas. Le statut d’EMPLOYE, ne colle pas.

Avant que nous savions que le freelance existait, Quentin était employé dans une salle de sport à Strasbourg, et moi employé en tant que dessinatrice du bâtiment en Alsace Bossue. Notre vie était fade, une routine terrible, qui a beaucoup fragilisé notre bonheur, c’était sans vision d’avenir que nous avancions ensemble. Le plan “mariage, maison, bébé, boulot en CDI” c’était notre pire cauchemar a vrai dire ! Bref je me disperse. 

Nous rêvions de voyage, de travailler EN voyageant. Mais comment ?!

Le freelance c’est mon chéri qui est tout d’abord tombé dessus en tapant sur internet “comment gagner de l’argent sur internet” et oui… haha ! Il est immédiatement aller s’inscrire sur le site “Upwork“, notre plateforme de freelance par excellence. 

Il faut savoir que dans les débuts d’un freelancer, c’est tout sauf F.A.C.I.L.E !
Quentin a du faire ses preuves pour être convenablement payé au fur et a mesure du temps, et les missions étaient rares. Voyant que cela ne décollait par pour lui, il a quitté son CDI à la salle de sport pour travailler au Pays-Bas afin d’améliorer son anglais et réaliser l’un de ses rêves, vivre à l’étranger durant un temps, j’ai fait un article la dessus si cela vous intéresse : clique ici

Et c’est au Pays-Bas justement que le Freelance à prit une tournure assez incroyable. De plus en plus de client faisaient appel à lui pour de la traduction de texte, pour de l’écriture d’article, et diverses autres missions. Environ 300€ par mois non négligeable, surtout quand on voit le prix d’un loyer sur Amsterdam ! Cette double vie professionnelle à nécessité d’énorme sacrifice sur la vie sociale, fini les soirées le jeudi soir, fini les dimanches Netflix&chill.

C’est alors que MOI j’ai décidé de m’y mettre également, j’ai quitté mon CDI en mars pour me lancer dans la vie de Freelance/influencer. Nous étions une team, et mon copain s’est décidé à rentrer en France pour qu’on puisse travailler ensemble. Et c’est en avril que les gros contrats sont arrivés, beaucoup de service client pour diverse boutique en ligne, des grosses traductions, de l’écriture d’articles, et j’en passe ! Puis depuis ca marche très bien, on en vit pleinement. 

Mais comment faire pour que ça décolle ?

Certain.es d’entres vous ont déjà sans doute essayé le freelance, beaucoup de plateforme existe (Upwork, Malt, 5euros..), mais se voit confronté à zéro offre, zéro mission.. un peu le néant quoi.

Premier conseil, être patient, ne rien lâcher, vous mettre en avant avec une description sortant un peu du lot, apportez votre personnalité. Et non, pas besoin de grosse étude, la preuve, Quentin et moi n’avons pas plus qu’un BTS.

Deuxième conseil, accepter des petits contrats (souvent mal payés). Va falloir se faire à l’idée de dire “oui à tout” au début si vous souhaitez décrocher des missions. Car plus vous faites de missions, plus vous allez avoir de notes positives, et mieux vous serez référencé sur la plateforme. Et notre petit dicton : vaut mieux beaucoup de missions mal payés que rien. 

Troisième conseil, mettre son estime de côté. Sur ces plateformes beaucoup de personnes compétent.es sont inscrit.es, je pense par exemple aux graphistes. Ils exigent 800€ pour un logo, alors que d’autres graphistes tout autant doués venant d’un pays où le PIB est moins élevé va demander 200€, vous pensez vraiment qu’une petite marque va payé 800€ ? Alors certes c’est contre productif et “pas cool” car NOUS Français devons encore payer les charges sur notre chiffre d’affaire.. mais dites-vous que c’est toujours 200€ de gagné .. chacun son point de vue ! 

Quatrième conseil, ne jamais mentir sur son profil. Ne vous amusez pas à créer des compétences imaginaires, vous risquez d’accepter des missions non réalisable, et bonjour les sales notes, et au revoir les futurs contrats…

Et légalement, ça se passe comment ?

La dernière question qui revient régulièrement, c’est la légalisation de cette histoire. En France tout reste assez flou, surtout pour les freelancers travaillant depuis des plateformes. Il faut savoir que Upwork par exemple, prend une commission de 25% sur chaque mission! C’est assez énorme. Donc pas évident de se sortir un salaire convenable.

C’est pour cela que je vous conseille vivement de commencer le freelance en guise de “passe-temps” à côté d’un vrai job ou idéalement d’être au chômage).

Les paiements sur Upwork par exemple s’accumulent sur votre profil, puis vous pouvez choisir de virer votre argent sur PayPal ou votre carte bancaire directement. Mais attention, au-dela de “3000€” par an, va falloir justifier cette entrée d’argent ! 

Sinon c’est .. du travail au noir en ligne. Mais je mets des gros guillemets car j’ai l’impression que les lois changent actuellement chaque semaine, donc attention ! Je n’ai pas envie de vous mettre dans l’inégalité haha.

Un petit conseil si vous ne souhaitez pas ouvrir dans un premier temps une micro-entreprise pour déclarer vos revenus supplémentaires : laissez l’argent sur PayPal, et essayez de régler vos achats du quotidien depuis cette plateforme ! Cela permet de ne pas toucher à votre compte bancaire, et vous êtes dans votre droit d’utiliser cette argent pour des dépenses sur le net.

Pensez à vos prochaines vacances, à votre shopping, à une commande sur JustEat … Bref vous avez beaucoup de raison de laisser cette argent sur PayPal sans vous soucier qu’un jour votre banquier vous demande d’où vient cet argent !

Notre avenir avec le Freelance

J’entends régulièrement la question : mais le freelance c’est en attendant de trouver un travail ? 
Alors il faut savoir une chose, le freelance existe depuis plus de 15 ans aux Etats-Unis, et c’est un mode de vie qui ne fait que s’accroitre en flèche depuis 5 ans en Europe. Vous avez certainement déjà entendu parler de télétravail (avoir un CDD ou CDI mais travailler depuis chez soi), c’est finalement la même chose, sauf que nous sommes à notre propre compte, nous avons la liberté de travailler pour plusieurs personnes, et de dire stop à un client sans signer 1000 paperasses.

En bref le Freelance marche bien, même très bien ! Et nous espérons que cela durera aussi longtemps que possible. Quoi de plus gratifiant que de pouvoir voyager quand vous voulez, où vous voulez, sans avoir de compte à rendre à personne ? Il suffit d’emmener avec vous un ordinateur portable, le monde devient votre bureau.

Alors ? Tu te lances quand ? 😉

2 commentaires

  1. Hello ! Je suis salariée et je gère également mon activité libérale (micro entreprise donc). On va dire que je suis le compromis entre vos vies et la vie de millions de Français: j’ai besoin des deux pour mon équilibre ! Etre 100% employée ne me convient pas, être 100% libérale non plus ! Et ça m’éclate ! J’ai une équipe derrière moi, des collègues avec qui échanger et de l’autre côté, pas de patron pour me dire quoi faire ! Le pied !

    Je vois que tu as fait un article sur l’ASMR, je viens justement d’en faire un : https://la-parenthese-psy.com/astuces-bien-etre/stress-pourquoi-les-videos-dasmr-nous-detendent/ Je vais lire le tiens immédiatement 😉 Dis moi ce que tu en penses !

    A bientôt,
    Line

  2. Je confirme, je suis freelance depuis 4 ans, et plus qu’un métier c’est un vrai choix de vie qui met la liberté au centre de tout !

    Franchement une fois qu’on y a goûté pas moyen de faire marche arrière 🤩

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *